Don Quichotte

sculptures en extérieur

Marie-Thérèse Tsalapatanis s’est intéressée à la figure éternelle et sublime de Don Quichotte, commande d’un bronze de deux mètres pour une école professionnelle à Argenteuil. Elle est partie de la description du Chevalier à la Triste Figure telle que la brosse Cervantès au début de son immortel ouvrage, pour en tirer une série d’images–ébauches Don Quichotte, qui peu à peu se sont décantées: les premières sont encore figuratives, puis la sculpture s’amenuise, devient filiforme, stylisés, idée plutôt que forme, et en même temps se densifie par une tension interne, dans l’allongement. Il n’a plus forme de pied, de main. On reconnaît un livre, une épée, une tête perdue très haut. On songe évidemment à Giacometti mais aussi à Daumier qui donna également vie au personnage. Mais on reconnaît bien aussi Tsalapatanis dans cette tête dressée, cet homme debout qui brandit devant l’éternité un rêve dérisoire et impossible, une folie sans âge que la réalité brisera. C’est l’esprit de Don Quichotte  que le sculpteur exprime.

Les commentaires sont clos.